Les Promenades Musicales

Les Promenades Musicales de Paul-Hubert des Mesnards, Radio Protestante 100,7 FM/DAB+, Samedi 1- 8 et 15 Juin à 18 h . Rencontres avec Jean Sébastien Bach , avec la pianiste Chantal Stigliani. Trois émissions à 18 h les Samedis 1-8- et 15 Juin
1) Rencontre avec J.S.Bach. 2) Le clavier bien tempéré. 3) Portrait de Chantal Stigliani, la transmission.

Ferruccio Nuzzo

Johann Sebastian Bach

Das Wohltemperierte Klavier BWV 846 – BWV 869 – Chantal Stigliani: piano – Calliope (52’04 + 52’31)

Je me suis toujours demandé comment interpréter un chef-d’œuvre musical – de quelqu’un universellement connu et reconnu –habitant une civilisation lointaine, parfaitement capable de déchiffrer une partition et de jouer d’un instrument, mais complètement inconscient de l’âge et des origines de la musique en question, et de ce qu’étaient les us et coutumes musicaux, les manières d’interpréter etc. etc. (J’ai également posé la question à des collègues interprètes, musiciens et musicologues, mais je n’ai jamais reçu de réponse significative …).

Chantal Stigliani en a donné, d’une certaine manière, une, avec ce clavier bien tempéré. Sa lecture qui, à la première écoute, me semblait tout à fait originale, singulière, très personnelle – et à contre- courant – dans une logique dramatique, presque théâtrale, se révèle avant tout comme « différente » de tout ce qui a été entendu jusqu’ici. .

Et je ne pense pas que ce soit un parti pris, un refus de tous les arguments sophistiqués à l’appui de tel ou tel instrument (même à l’orgue…), pour ou contre les lectures « modernes » – et sur les instruments modernes – qui, depuis Glenn Gould et John Lewis ont rempli les catalogues des éditeurs et les rayons des discophiles. Ainsi, et même si vous ne pouvez pas entendre ce CD comme l’exploit d’une interprète issue de la civilisation susmentionnée qui a déjà enregistré beaucoup de Bach, j’ai plaisir à imaginer que c’est le fruit de sa capacité à faire le vide en soi, en oubliant tout ce qui a été fait – et dit – jusqu’à présent, et en « découvrant », comme Robinson Crusoé son île, ce clavier bien tempéré, comme si c’était la première fois, avec de nouveaux yeux et une nouvelle âme.

Il est donc logique que Chantal Stigliani, forcément, ait répondu à la question concernant un futur enregistrement pour compléter l’ouvrage: « Je crains, hélas, que le deuxième livre ne soit pas pour demain … Cette musique est très difficile, il y a tellement d’options d’interprétation que j’ai besoin de beaucoup de temps pour l’assimiler. Et ce n’est que lorsque j’ai examiné toutes ces différentes options qu’un choix finit par s’imposer… C’est seulement à ce moment-là que je décide d’enregistrer … « .

Johann Sebastian Bach  

Das Wohltemperierte Klavier BWV 846 – BWV 869 – Chantal Stigliani: pianoforte – Calliope (52’04 + 52’31)                   

Mi sono sempre domandato come interpreterebbe un capolavoro musicale – di quelli universalmente  conosciuti  e riconosciuti – l’abitante di una remota civiltà, perfettamente capace di decifrare una partitura e di suonare uno strumento, ma completamente all’oscuro dell’epoca e delle origini della musica in questione, e di quelli che ne fossero gli usi e costumi musicali, le prassi esecutive etc. etc. (ho anche posto la questione ad amici interpreti, musicisti e musicologi, ma non ho mai ricevuto una risposta significativa …).

Chantal Stigliani ne ha dato, in qualche modo, una con questo Clavicembalo ben temperato. La sua lettura che, al primo ascolto, mi era sembrata giusto originale, singolare, personalissima – ed in qualche modo controcorrente – nella sua logica drammatica, quasi teatrale, si rivela poi sopratutto “diversa” da tutto quel che si è ascoltato sino ad ora.

E non credo si tratti di un partito preso, di un rifiuto di tutte le sofisticate argomentazioni a sostegno di questo o quello strumento (anche l’organo ci si è messo …), pro o contro le letture “moderne” – e su strumenti moderni – che da Glenn Gould e John Lewis in poi hanno riempito il cataloghi degli editori e gli scaffali dei discofili. D’altra parte, ed anche se non si può ascoltare questo cd come l’exploit di un interprete venuto dalla lontana civiltà di cui sopra, avendo già Chantal registrato molto Bach, mi fa piacere di immaginare che esso sia il frutto della sua capacità a far il vuoto dentro di sé, dimenticando tutto ciò che è stato fatto – e detto – sino ad ora, e “scoprendo”, come Robinson Crusoé la sua isola, questo Clavicembalo ben temperato come fosse la prima volta, con occhi ed animus nuovi.

Ed è in questa logica, forse, che Chantal Stigliani ha risposto alla mia, sin troppo ovvia, domanda, relativa ad una futura registrazione per completare l’opera : “Ho ben paura, ohimè, che il Libro secondo non sia per domani … questa musica è molto difficile, e tante sono le opzioni interpretative, ed ho bisogno di molto tempo per assimilarla. Ed è soltanto quando ho esaminato tutte queste differenti opzioni che una scelta finisce per imporsi, ed è solo allora che mi decido a registrare …”

http://www.grey-panthers.it/ideas/cd-e-altre-musiche-di-aprile-di-ferruccio-nuzzo

Ferruccio Nuzzo/ www.grey-panthers.it

Johann Sebastian Bach

Das Wohltemperierte Klavier BWV 846 – BWV 869 – Chantal Stigliani: piano – Calliope (52’04 + 52’31)

Je me suis toujours demandé comment interpréter un chef-d’œuvre musical – de quelqu’un universellement connu et reconnu –habitant une civilisation lointaine, parfaitement capable de déchiffrer une partition et de jouer d’un instrument, mais complètement inconscient de l’âge et des origines de la musique en question, et de ce qu’étaient les us et coutumes musicaux, les manières d’interpréter etc. etc. (J’ai également posé la question à des collègues interprètes, musiciens et musicologues, mais je n’ai jamais reçu de réponse significative …).

Chantal Stigliani en a donné, d’une certaine manière, une, avec ce clavier bien tempéré. Sa lecture qui, à la première écoute, me semblait tout à fait originale, singulière, très personnelle – et à contre- courant – dans une logique dramatique, presque théâtrale, se révèle avant tout comme « différente » de tout ce qui a été entendu jusqu’ici. .

Et je ne pense pas que ce soit un parti pris, un refus de tous les arguments sophistiqués à l’appui de tel ou tel instrument (même à l’orgue…), pour ou contre les lectures « modernes » – et sur les instruments modernes – qui, depuis Glenn Gould et John Lewis ont rempli les catalogues des éditeurs et les rayons des discophiles. Ainsi, et même si vous ne pouvez pas entendre ce CD comme l’exploit d’une interprète issue de la civilisation susmentionnée qui a déjà enregistré beaucoup de Bach, j’ai plaisir à imaginer que c’est le fruit de sa capacité à faire le vide en soi, en oubliant tout ce qui a été fait – et dit – jusqu’à présent, et en « découvrant », comme Robinson Crusoé son île, ce clavier bien tempéré, comme si c’était la première fois, avec de nouveaux yeux et une nouvelle âme.

Il est donc logique que Chantal Stigliani, forcément, ait répondu à la question concernant un futur enregistrement pour compléter l’ouvrage: « Je crains, hélas, que le deuxième livre ne soit pas pour demain … Cette musique est très difficile, il y a tellement d’options d’interprétation que j’ai besoin de beaucoup de temps pour l’assimiler. Et ce n’est que lorsque j’ai examiné toutes ces différentes options qu’un choix finit par s’imposer… C’est seulement à ce moment-là que je décide d’enregistrer … « .

Johann Sebastian Bach  

Das Wohltemperierte Klavier BWV 846 – BWV 869 – Chantal Stigliani: pianoforte – Calliope (52’04 + 52’31)                   

Mi sono sempre domandato come interpreterebbe un capolavoro musicale – di quelli universalmente  conosciuti  e riconosciuti – l’abitante di una remota civiltà, perfettamente capace di decifrare una partitura e di suonare uno strumento, ma completamente all’oscuro dell’epoca e delle origini della musica in questione, e di quelli che ne fossero gli usi e costumi musicali, le prassi esecutive etc. etc. (ho anche posto la questione ad amici interpreti, musicisti e musicologi, ma non ho mai ricevuto una risposta significativa …).

Chantal Stigliani ne ha dato, in qualche modo, una con questo Clavicembalo ben temperato. La sua lettura che, al primo ascolto, mi era sembrata giusto originale, singolare, personalissima – ed in qualche modo controcorrente – nella sua logica drammatica, quasi teatrale, si rivela poi sopratutto “diversa” da tutto quel che si è ascoltato sino ad ora.

E non credo si tratti di un partito preso, di un rifiuto di tutte le sofisticate argomentazioni a sostegno di questo o quello strumento (anche l’organo ci si è messo …), pro o contro le letture “moderne” – e su strumenti moderni – che da Glenn Gould e John Lewis in poi hanno riempito il cataloghi degli editori e gli scaffali dei discofili. D’altra parte, ed anche se non si può ascoltare questo cd come l’exploit di un interprete venuto dalla lontana civiltà di cui sopra, avendo già Chantal registrato molto Bach, mi fa piacere di immaginare che esso sia il frutto della sua capacità a far il vuoto dentro di sé, dimenticando tutto ciò che è stato fatto – e detto – sino ad ora, e “scoprendo”, come Robinson Crusoé la sua isola, questo Clavicembalo ben temperato come fosse la prima volta, con occhi ed animus nuovi.

Ed è in questa logica, forse, che Chantal Stigliani ha risposto alla mia, sin troppo ovvia, domanda, relativa ad una futura registrazione per completare l’opera : “Ho ben paura, ohimè, che il Libro secondo non sia per domani … questa musica è molto difficile, e tante sono le opzioni interpretative, ed ho bisogno di molto tempo per assimilarla. Ed è soltanto quando ho esaminato tutte queste differenti opzioni che una scelta finisce per imporsi, ed è solo allora che mi decido a registrare …”.

UTMISOL

UTMISOL

Chantal Stigliani

Le clavier bien tempéré

CD Cal­liope

Chan­tal Sti­gliani signe un nou­vel enre­gis­tre­ment consa­cré à Jean-Sébas­tien Bach avec cette fois le pre­mier livre des Pré­ludes et Fugues du cla­vier bien tem­péré. Inter­prété avec force talent sur un piano Stein­way ce recueil retrouve toute la moder­nité d’une écri­ture intem­po­relle. Le tou­cher extrê­me­ment varié de l’in­ter­prète tan­tôt velouté ou éner­gique, cares­sant ou per­cu­tant, legato ou perlé, s’adapte à chaque pièce sans jamais aucune exa­gé­ra­tion dyna­mique. Le jeu vir­tuose mais raf­finé pro­jette une vision très intel­li­gible de chaque page. Remar­qua­ble­ment archi­tec­tu­rée l’au­di­teur peut aisé­ment suivre le dérou­le­ment de l’oeuvre tout en per­ce­vant le moindre détail: un tra­vail d’or­fèvre. D’écou­ter pour s’en convaincre la fugue en ut dièse majeur du 3e pré­lude et la fugue en si mineur du 24e pré­lude encore plus dense. Plu­sieurs plans sonores se super­posent dans un effet poly­pho­nique remar­quable. Sujet, contre-sujet: l’on enten­drait presque quatre mains. Ni pathos, ni emphase dans cette ver­sion sobre, épu­rée. Cepen­dant ces pein­tures ne manquent pas d’émo­tions et nous emportent dans le tour­ment, la séré­nité, la joie, l’exu­bé­rance comme dans le 21e pré­lude en si b majeur. Le lyrisme le plus noble nait par­fois sous les doigts habiles de Chan­tal Sti­gliani comme dans la ver­sion sub­tile et très lumi­neuse du 8e pré­lude en mi b mineur. L’élo­quence et la luci­dité de l’in­ter­prète servent magis­tra­le­ment ce pour­tant très célèbre recueil. 

Anne Graf­teaux Geli

PIZZICATO.lu

Unkonventioneller Bach

06/03/2019

Johann Sebastian Bach: Das Wohltemperierte Klavier BWV 846-869 (Teil 1); Chantal Stigliani, Klavier; 2 CDs Calliope CAL1856; Aufnahme 01/17 & 01/18 Veröffentlichung 01/19 (105′) – Rezension von Alain Steffen

Diese Einspielung des 1. Teiles von Bachs Wohltemperiertem Klavier ist in vielen Hinsichten eine wahre Entdeckung. Gerade dieses monumentale Klavierwerk wirkt von den meisten Interpreten mit allergrößter Hochachtung gespielt. So auch von Chantal Stigliani, die ihre Interpretation aber nicht mit zu viel Ehrfurcht und Ernst überlastet, sondern sich traut, eigene Wege zu gehen. Stigliani zeigt Bach nicht als Puristen oder musikalischen Übervater, dessen Werke mit seidenen Handschuhen behandelt werden müssen, sondern als einen humorvollen, phantasievollen und jovialen Mann, der mitten im Leben steht. Das heißt, Chantal Stigliani spielt die Präludien und Fugen mit sehr viel Bodenständigkeit, Dynamik und Freude.

Anstatt vor Ehrfurcht zu erstarren, zeigt die französische Bach-Spezialistin, was es heißt, sich einfach nur an Bachs Musik zu erfreuen und sie dabei leuchtend, virtuos und lebensfroh zu spielen. Zudem gelingt es Chantal Stigliani,  jedes Präludium & Fuge-Doppel auf sehr individuelle Weise zu interpretieren und dabei eine Vielzahl an Gestaltungsmöglichkeiten aufzuzeigen. Anstatt starrer Formen lebt ihr Bach von wechselnden Farbenspiel, feinsten dynamischen Abstufungen und einer musikalischen Schlichtheit, die einen ganz anderen Blick auf dieses Werk wirft und es auf einmal quasi für alle zugänglich macht. Wollen Sie wirklich einmal Spaß an Bachs Musik haben und sich auf jede Note freuen? Dann ist Chantal Stiglianis Interpretation des Wohltemperierten Klaviers BWV 846 – 869 genau die richtige Aufnahme und zudem eine neue Referenz neben den großartigen Einspielungen von Richter, Gould, Tureck und Nikolayeva.

In her Bach performances Chantal Stigliani choses a very personal way. It’s a virtuoso, luminous and joyful Bach and certainly a recording to be referenced.

Johann Sebastian Bach: Le clavier bien tempéré BWV 846-869 (1ère partie); Chantal Stigliani, piano; 2 CD Calliope CAL1856; Enregistrement 01/17 et 01/18 de sortie 01/19 (105 ‘) – Compte rendu de Alain Steffen

Cet enregistrement de la première partie du Clavier bien tempéré de Bach est à bien des égards une véritable découverte. Surtout ce travail de piano monumental semble être joué par la plupart des interprètes avec le plus grand respect. Comme Chantal Stigliani, qui ne surcharge pas son interprétation de trop de révérence et de sérieux, mais ose suivre son propre chemin. Stigliani ne présente pas Bach comme un super-père puriste ou musical dont les œuvres doivent être traitées avec des gants de soie, mais comme un homme humoristique, imaginatif et jovial en pleine vie. En d’autres termes, Chantal Stigliani joue les préludes et les fugues avec beaucoup de réalisme, de dynamisme et de joie.

Au lieu de craquer, le spécialiste français de Bach montre ce que signifie simplement profiter de la musique de Bach et la jouer brillante, virtuose et enjouée. En outre, Chantal Stigliani réussit à interpréter chaque doublé Prelude & Fugue de manière très individuelle, tout en présentant diverses options de conception. Au lieu de formes rigides, son ruisseau vit d’un jeu de couleurs changeant, des nuances dynamiques les plus fines et d’une simplicité musicale qui donnent à cette œuvre une vision complètement différente et la rendent soudainement accessible à tous. Voulez-vous vraiment profiter de la musique de Bach et attendez-vous chaque note avec impatience? Ensuite, l’interprétation du Clavier bien tempéré BWV 846-869 par Chantal Stigliani est exactement le bon enregistrement et une nouvelle référence aux côtés des grands enregistrements de Richter, Gould, Tureck et Nikolayeva.

Dans ses prestations de Bach, Chantal Stigliani a choisi une manière très personnelle. C’est un Bach virtuose, lumineux et joyeux et certainement un enregistrement à référencer.…

J.S. Bach « Clavier Bien Tempéré » 1 er livre disponible de 25 Janvier

Ce premier livre du clavier bien tempéré résume tout ce qu’était Jean-Sébastien Bach : un homme qui aimait la vie sous toutes ses formes. Jubilation, tendresse, amour, passion, espoir, regrets… tous les sentiments humains sont inscrits dans sa musique.

Evidemment sa foi chrétienne et son profond respect pour le Créateur forment une trame de fond que l’on ne peut ignorer. Mais cet aspect de sa personnalité lui donne parfois une réputation austère, alors que l’amour qui conduit ses actes et son écriture n’ont rien de sombre : même ses Passions, marquées par les souffrances de la Croix ouvrent un pan de Ciel pour montrer qu’au bout il y a la Résurrection.

Quel compositeur a la faculté de traverser les siècles sans prendre une ride comme lui ? Qu’on le joue en jazz, d’une manière conformiste, sur une guitare électrique ou un piano de concert très moderne, quelle que soit l’interprétation, vite, lente, staccato ou legato, la construction est si parfaite que tout est cohérent. Rien ne peut l’émousser. Cela tient du miracle..!